Vos contributions

Marie-Christine, IDEL aux Arcs sur Argens

Plus d indépendance vis-à-vis des médecins

Christel, IDEL à Orange

Développer la prévention et l’ETP.

Dominique, IDEL à Pelissanne

Éviter de brader nos compétences en autorisant d’autres profession de santé à pratiquer des actes infirmiers et améliorer les campagnes de santé publique en mentionnant largement les IDEL qui ne sont jamais citées ?

Nicole, IDEL à Nice

La priorite a l'Humain.

Anne, IDEL à Sablet

Avantages fiscaux pour rouler électrique ( avec tous les kilomètres qu on faut ce serait plus écolo!!)
Reconnaissance en tant qu'infirmière de famille et mise en valeur notre rôle de coordination (famille, médecin, pharmacien, labo et autres intervenants (auxiliaires de vie...amp...))
Pouvoir accéder et contribuer au dossier médical partagé de nos patients librement

Emilie, IDEL à Marseille

Il faudrait que les personnes qui nous contrôlent et nous gèrent soient plus au courant de notre travail que ça soit peut-être des libéraux. Il faudrait surtout qu'on soit plus reconnu et plus soutenu. Notre charge de travail augmente parce que les personnes vont de moins en mois a l'hôpital et en maison de retraite

Déborah, IDEL à Cagnes

Oublier le plan 2022!!!! Revaloriser les actes en regard de nos connaissances, de notre savoir être, savoir faire et savoir tout court. Revoir également la nomenclature qui délaisse certains actes que nous ne pouvons pas assurer seuls, car ils sont absents ( prise de tension ,pose et dépose de contention, ablation de sonde vésicale et surveillance...) , revoir les pourcentages dégressif à la baisse !!!! Les soins sont fait pourquoi nous demander de les faire gratuitement après le 3ème soin ?! Réévaluation des frais de déplacement !!! Nous sommes les seuls à recevoir 2.5 euros de déplacement .. Les médecins, kine prennent plus du double, payent ils leur essence plus cher que nous ??? En regard de l augmentation du prix du carburant il serait de plus normal d augmenter ces frais de déplacement... Nous sommes les soignants les plus consciencieux et nous sommes toujours les vilains petits canards !!! La veille de la reconversion professionnelle sonne pour beaucoup d idel et c est bien dommage car avec tous ces changements à venir et la considération du gouvernement pour nous ... Nous perdons notre vocation de ce beau métier. Quelle tristesse ....

Marie-Françoise, IDEL à Gattietes

Une reconnaissance du rôle de coordination, de maintien à domicile et du rôle propre, que nos actes ne soient plus attribués, avec renfort de publicité, à d autres professions (pharmacie, auxiliaire du médecin...) en gros, qu'on nous laisse faire notre métier et que nous soyons payés pour le faire correctement !

Agnès, IDEL à Fontvieille

Que le prévention et l'éducation deviennent des actes rémunérés (et conventionnés)
Face au défi du diabète, de l'obésité, des cancers induits par trop de produits chimiques introduits par l'alimentation, dans les produits d'hygiène, etc., l'infirmière devrait pouvoir jouer un rôle essentiel à travers des consultations rémunérées.

Eric, IDEL à Marseille

Faire comprendre aux pouvoirs publics (sécu.. ministre de la santé ) que tuer les soins à domicile va coûter très cher aux français

Laurence, IDEL à Aix-en-Provence

Nous donner plus de compétences, faire de nous le pivot de la prévention, de l’éducation. Organiser des gardes dans toutes les communes pour être relais avec les hôpitaux via une ligne dédiée, une applin etc. Bref utiliser la télé-médecine. Donner du pouvoir aux syndicats en leur accordant une ligne budgétaire comme cela se fait pour les syndicats de médecins.

Yamina, IDEL à Marseille

Améliorer notre système de communication, reconnaissance de nos compétences, plus de concertations, nous intégrer à un vrai projet, nous sommes en première ligne nul ne peut l'ignorer plus longtemps.

Sophie, IDEL à Marseille

Je pense qu'avant de se mettre en libéral il faut avoir fait de la réa/soins intensifs ou des urgences ou de la chirurgie. Certaines infirmières libérales ne sont pas assez techniques et on nous lèse pour mettre en place des had qui revendiquent leur technicité que nous devrions toutes avoir. Faire seulement de la gériatrie ne suffit pas avant de se mettre en libéral.

Anne-Marie, IDEL à Gap

Reconnaissance des consultations infirmières. Augmentation des tarifs ngap et modification de la ngap. Mettre l'infirmière libérale à la tête de la coordination. Suppression des notions de temps. Valorisation du rôle propre. Allègement des démarches administratives pour monter des projets cpts, educ thérapeutique...

Pierre, IDEL à Forbach

Suppression du statut d'auxiliaire médical.
Instaurer dans le rôle propre la notion d'examen clinique infirmier afin de changer nos représentations de simples techniciens exécutants pour celles d'un clinicien à part entière.
Réactualiser d'urgence notre rôle propre et enrichir avec de nouveaux actes tels que l'utilisation du Bladderscann, la pose de bandes de compression en prévention de la phlébite, les TROD…
Elargir le droit de prescription : antalgiques, anesthésiques locaux (Emla, Xylo…), antiseptiques locaux et pour soins de bouche, produits pour la dermite d'incontinence...

Marie, IDEL à Ollioules

Reconnaissance de notre métier, revalorisation de notre ngap, consultation infirmière, prescription plus large, par ex pour les chroniques, et ne pas céder certains de nos actes aux pharmaciens par ex.... la liste peut être longue .

Nathalie, IDEL à La Seyne sur Mer

Revoir entièrement la nomenclature qui ne correspond plus aux soins que nous sommes amenés à faire dans le cadre du libéral. Revoir le rôle de notre ordre Infirmier, qui pour ma part ne fait pas suffisamment, ou du moins ne monte pas suffisamment au créneau pour nous défendre.

Christine, IDEL à Fuveau

Reconnaître nos compétences. Que notre décret de compétences et la ngap évoluent au même rythme que les avancées médicales. Nous sommes les plus habilités à faire le suivi des personnes âgées pour leur maintien à domicile et on nous met sans cesse des bâtons dans les roues. Arrêter de développer les Had qui coûtent très chers alors que nous sommes tout à fait capable de suivre ces patients sans structure avec une meilleure coordination et pour beaucoup moins cher. Les Had font de la publicité qui nous est interdite, font du détournement de clientèle sans laisser le libre choix au patient. Tous les patients qui sortent avec l’had ont eu un chantage à la sortie de l’hopital: c’est inadmissible. Surtout que l’had n’assure pas les soins, ils font de la sous traitance avec les idels sans pour autant respecter la ngap.

Sherhazade, IDEL à Nice

Mettre une blouse prendre nos places et après on pourra en discuter

Véronique, IDEL à Hyères

Reconnaissance de la pratique avancée

Céline, IDEL aux Pennes-Mirabeau

Ré-évaluation de la NGAP et que les HAD arrêtent de nous voler notre travail

Fanny, IDEL à Cagnes-sur-Mer

Pas de concurrence déloyale, une revalorisation de notre statut et de nos cotations, pas de maison médicale dans les villes

Emmanuelle, IDEL à Hyères

Faire comprendre au gouvernement que les Idel sont présentes sur le territoire. Mais faire comprendre aux Idel qu’il faut se rassembler et répondre présent pour leur profession. Je pense indispensable une formation à l’installation en libéral (avant l'installation) pour éviter les erreurs que nous voyons souvent dans les journaux et que la profession soit reconnue comme une spécialisation à part entière (et pas des moindres)...

Elise, IDEL à Plesse

Nous permettre, dans chaque maison médicale, de pouvoir recruter des assistantes de soins

Jean-Sébastien, IDEL à Marseille

Le statut d'infirmier de famille est intéressant, avoir un cahier de transmission numérique en lien avec le DMP

Danielle, IDEL à Marseille

Rester en libéral et pas sous la houppette du médecin

Anne, IDEL à Aix-en-Provence

Valorisation de nos compétences en reconnaissant le tissu social que l'on a déjà développé sur le terrain, nos compétences de soignantes, d'évaluation des besoins de la population et des problèmes de santé repérés , et l'accompagnement à l'éducation thérapeutique rôle essentiel de notre profession en libéral.

Patricia, IDEL à La Fare les Oliviers

Nouvelle nomenclature qui prend les actes non répertoriés, et qui sont faits gracieusement jusqu'ici.
Tarifs des actes à augmenter.
Arrêter le 2ème acte demi payé et le 3ème acte gratuit.
Baisser les charges (cotisations carpimko et urssaf ).

Mélanie, IDEL à Cannes

Conserver notre libre entreprise, notre liberté d'entreprendre ! Revalorisation de nos actes et y inclure l'intégralité des soins infirmiers car beaucoup sont hors nomenclature ! Nous faire confiance, demander notre avis avant toute proposition provenant du gouvernement ou de la cnam ! Être mieux protégées par le conseil de l'ordre infirmier ! Rejeter les factures erronées par les caisses avec le motif de rejet et pas nous notifier des indus 3 ans plus tard, car on nous paye donc on cautionne puis on nous massacre ensuite ! Créer un pôle de signalement exclusif aux idels où elles font remonter les comportements agressifs, insultants ou violents de certains patients !

Virginie, IDEL à Puyricard

Revalorisation des actes infirmiers (depuis 10 ans, pas d'augmentation des ais ami)
Revalorisation des déplacements (le même pour tous les prof de santé)
Stopper le 2ème acte demi-tarif, 3ème gratuit (injustice)
Ajouter des soins indispensables dans la nomenclature (constantes,etc...)

Virginie, IDEL à Puyricard

Une pratique qui soit plus en accord avec les soins de ville. reconnaissance de notre rôle propre et nous donner la possibilité d'exercer pleinement notre art. pouvoir effectuer des consultations primaires pour l’Évaluation d'un patient à sa sortie d'hospitalisation, souvent différente de celle fournie par le service hospitalier, le domicile n'est pas un hôpital, avec création d'un acte. Reconnaissance de la coordination qui est faite au quotidien entre les différents intervenants, et création d'un acte. Eviter les milles feuilles administratifs qui éloignent du rôle primaire "SOIGNER"

Vanessa, IDEL à Barbentane

Revoir complètement la NAGP devenue obsolète ! Y inscrire tous les nouveaux actes... Améliorer le dialogue avec les CPAM qui nous considèrent trop comme des fraudeurs ! L'arrêt des AIS en terme de temps qui n'est pas le reflet de la qualité d'un soin mais bien un moyen de contrôle de la cpam. Reconnaissance de la pénibilité de notre travail (moral aussi...) Laisser le choix aux infirmiers d'intégrer ou non une CPTS, sans pénaliser ceux qui ne veulent pas !

Jean-Luc, IDEL à Marseille

Evolution par une refonte de nos missions et transfert de compétences pour pallier les déficits de médecins en valorisant notre profession.

Laura, IDEL au Cannet

Collaboration avec les maisons de retraites pour les soins de pansements. Implantation dans les services hospitaliers par le biais d’association pour organiser les sorties à domiciles en collaboration avec les hospitaliers. Favoriser le regroupement des libérales à celle qui le souhaite. Recensement des soins par un service ou organisme suivant. Les secteur d’habitation et proposition des soins via des plateformes aux différentes ide du secteur pour plus d’équité.

Laurence, IDEL à Chateaurenard

Etre référentes et certifiantes auprès du personnel des service d'aide à domicile. Des services de tutelle qui gèrent handicap et maladies chroniques.

Valérie, IDEL à Marseille

Revoir la nomenclature en fonction des actes. Le soin d’hygiène à domicile est un acte infirmier qui est la base de la surveillance du patient en perte d’autonomie et de sa santé (et non du temps passé ). Revaloriser l’ami, harmoniser le prix du déplacement avec les médecins par exemple qui sont aussi sectorisés que les idel et ont donc les mêmes frais de déplacements.

Valérie, IDEL à Marseille

Tous les médecins ne sont ni prêts, ni informés correctement, ainsi que les autres professions de santé sur les SEP, CPTS, SISA ... Déjà informer correctement tous les protagonistes : qui fera quoi ? Comment ? Noter noir sur blanc nos compétences pour que les autres professions de santé puissent connaître notre éventail de soins. Que nos propositions de projets soient étudiés et prises en compte sans l'intervention obligatoire d'un Médecin. Que nos URPS soient plus ouvertes aux projets proposés par des groupes de travail infirmiers ... Merci de nous laisser nous exprimer

Christelle, IDEL à Saint Maximin la Sainte Baume

Réforme de la formation professionnelle initiale et/ou continue pour intégrer des compétences transversales nouvelles
Réforme du décret de compétences des infirmiers (structuration en missions au lieu d'une liste d'actes si possible)
Evolution des modes de financement des IDE libéraux pour valoriser le temps de travail nécessaire à la création et la mise en place de dossiers de soins, à la coordination des parcours des soins, aux actions de santé publiques (vaccination antigrippale et pneumocoque par exemple, dépistage des cancers du sein ou du colon....) peut être sous forme de ROSP comme les médecins ?
Evolution du Code de Santé Publique pour permettre un accès aux soins, la définition et le suivi de plans personnalisés de soins et l'évaluation des résultats via "une équipe de soins primaires" au lieu du seul médecin référent.
Evolution vers une plus grande autonomie d'action (et de ce fait vers une plus grande responsabilité individuelle) des IDE Libéraux dans des domaines de compétences clairement délimités afin de diversifier ou de soutenir l'offre de soins sur un territoire (vaccination, plaies chroniques, procédures de Réhabilitation Accélérée Après chirurgie en lien avec les établissements de santé, Coordination des retours à domicile après hospitalisation, préparation en amont des hospitalisations programmées, gestion des demandes de soins non programmées en l'absence de médecins généralistes, etc....)

Sophie, IDEL à Marseille

Une meilleure coordination entre l'hôpital et la ville

Françoise, IDEL à Marseille

Ce que j'aimerai voir mettre en place c'est une valorisation des compétences infirmières concernant son rôle centrale dans la prise en charge du patient à domicile. Son rôle est primordial quand à l'organisation de la vie du patient au domicile : renseigner la famille et l'aider à s'organiser autour des nouvelles problématiques de vie du patient, subordonner, réévaluer et réajuster ses différentes aides en fonction de l'évolution des besoins du patient. Parce qu'il passe tous les jours le soignant est a même d'évaluer une situation et de réagir rapidement si besoin est, par rapport à la survenue d'un problème. La famille est très souvent absente ou éloignée. La gestion du stock médicamenteux à domicile doit également être le rôle propre de l'infirmière. Cela demande du temps (périmés) mais peut générer des économies importantes auprès des caisses d'assurances. Je suis toujours très choquée quand je prends en charge un patient de voir tout le gaspillage (outre la dangerosité )autour des médicaments!. Généralement tout ce qui a été prescrit par le médecin est repris alors que tout n'a pas été consommé ou utilisé. Dans un contexte sociétal d'économie et d'écologie (il y a un réel coût pour l'écologie), la gestion des médicaments par des infirmiers motivés me semble essentielle. De même, c'est à la profession d'organiser son matériel si une perfusion est prescrite. Les prestataires de soin inondent le domicile d'une quantité de matériel qui génère surcoût et gaspillage inutile!